enteteLivreBlanc

Les temps que nous vivons sont placés sous les signes de l’accélération et de l’incertitude. Demandes clients ajournées ou reportées, défaillances de fournisseurs, volatilité des marchés et risques géopolitiques exacerbés sont autant de facteurs de réduction de notre visibilité. Autant dire que la flexibilité et l’agilité des organisations deviennent non seulement essentielles, mais vitales.

La supply chain est au cœur de ce challenge, en amont par l’approvisionnement et l’optimisation des stocks ; en aval par les réseaux de distribution et de livraison au client. Les entreprises les plus en pointe dans ce domaine déclarent sous-traiter 60 % de leur activité logistique : le rôle d’une direction des achats devient donc essentiel, car la performance de l’entreprise est directement liée à celle de ses fournisseurs de transport, de stockage et de distribution.

La donne devient plus compliquée : les organisations sont le plus souvent régionalisées, les réseaux de distribution font appel à des prestataires multiples qu’il convient de suivre et d’accompagner, car la sous-traitance n’absout pas de la responsabilité. Les directions d’achat se trouvent donc devant un triple challenge : sélectionner et mettre en place un nombre croissant de prestataires autour de plates-formes souvent éloignées, assurer la maîtrise de chaînes de sous-traitance à géométrie variable, et les suivre encore plus précisément que par le passé.

Beaucoup ne s’y sont pas trompés, et des services achats spécialisés dans les transports sont présents dans 80% des entreprises concernées. Les enjeux sont en effet importants : les entreprises ayant la meilleure performance logistique dégagent un résultat d’exploitation supérieur de 30% à la moyenne de leur secteur, à la fois grâce à l’optimisation de leurs coûts globaux, et grâce à une meilleure réponse aux attentes clients.

Mais la course à la compétitivité n’autorise pas tout : le renforcement salutaire des exigences de développement durable qui s’opère – et qui ira croissant – impose d’intégrer les indicateurs sociétaux et environnementaux dans la performance des fournisseurs, et de la consolider de manière cohérente et normée pour assurer leur cohérence sur une échelle mondiale.

Un nouveau challenge pour les directions achats pour qui la performance RSE des fournisseurs fait désormais partie du top 5 de leurs préoccupations.